Marine

Triathlète et préparatrice mental

21 ans

J’ai eu une enfance joyeuse à Champceuil, en pleine campagne dans l’Essonne. Le sport a toujours été important pour moi. Dans ma famille tout le monde jouait au handball et j’ai suivi le mouvement en jouant en club à partir de 7 ans. J’étais vraiment très sportive. Ma vie a basculé à la suite d’un déménagement et de l’arrivée de l’adolescence.

Je n’avais plus de club et j’ai brutalement arrêté le sport. Je me suis mise à manger n’importe comment et j’ai pris rapidement 25 kilos. Je subissais les moqueries au lycée, notamment des garçons, et j’ai cru pouvoir mettre fin à ces humiliations en me faisant vomir. Mais la perte de poids est vite devenue une obsession, je n’arrivais plus à m’arrêter. J’ai finalement été hospitalisée parce que ma vie était en danger. A 17 ans, je pesais 37 kilos pour 1m59.

J’ai utilisé ce sens de l’effort et ma ténacité de sportive pour me sauver de l’anorexie

A ce moment critique, le sport a été clairement l’outil thérapeutique qui m’a sauvée la vie. Le sport était ma passion et c’est lui qui m’a donné la force de me ressaisir. Dans mon état de faiblesse si je voulais pouvoir à nouveau pratiquer, il fallait reprendre du poids. Ça a été une carotte ! « Si tu prends 2 kilos, tu pourras faire 20mn de vélo ». Voilà comment j’ai remonté tout doucement la pente.

J’ai utilisé ce sens de l’effort et la ténacité qui faisait de moi une sportive pour refaire surface. J’ai réalisé alors à quel point courir par exemple me faisait me sentir vivante. Le sport m’a fait comprendre que le corps permet de faire des choses incroyables.

C’est le message que je cherche à transmettre aujourd’hui, que ce soit dans mes vidéos, mes podcasts ou mon livre. Peu importe le physique ou l’âge, peu importe si on a traversé une histoire terrible, on peut grâce au sport se relever, se réaliser et se lancer des défis.

J’ai repris mon poids de forme et je me suis mise au triathlon, j’ai aussi couru mon premier marathon à l’âge de 20 ans. En poursuivant mes études à la fac en STAPS, j’ai commencé à aider les autres grâce aux valeurs que le sport m’a apprises, notamment auprès de footballeuses en les aidant sur la confiance.

Mon objectif est maintenant d’ouvrir un cabinet de préparation mentale pour partager avec des athlètes cette expérience et ces valeurs qui m’ont permis une forme de renaissance.

00:00 / 00:00