Côté foot

Labels, véritable distinction nationale

Outils précieux de structuration, de développement et de valorisation pour les clubs, les labels visent à distinguer les plus méritants. Découvrez ci-dessous les trajectoires de trois clubs au profil différent qui ont tout mis en œuvre pour réussir. Et cela fait parfois ressortir de belles histoires…

Paris 13 Atletico : un mastodonte très organiséParis Ile-de-France / Val de Marne

1306. C’est le nombre de licenciés que compte aujourd’hui le Paris 13 Atletico dans ses rangs. Appelé encore le FC Gobelins jusqu’à l’année dernière, ce club du XIIIème arrondissement est aujourd’hui titulaire du Label Jeunes « Excellence » et du Label École de Football Féminine « Or ». Ces distinctions sont le fruit d’un travail de longue haleine comme nous le confirme le directeur général du club, Namori Keita : « Pour faire simple, le Label est un cahier des charges mis en place par les instance du football que l’on doit suivre dans le but de toujours faire progresser l’organisation et le fonctionnement du club. »

Qualité des séances, compétences des éducateurs, communication, tout est évalué. « À chacun de ces critères est attribué un nombre de points qui définissent ensuite le niveau de labellisation. Ce label est avant tout une reconnaissance qui est normale et logique pour un club structuré comme le nôtre et qui compte autant d’adhérents. Une certification fédérale permet toujours aux parents d’être en confiance au moment de nous confier leurs enfants. »

Passeport moral autant que véritable gage de qualité, ce Label demande tout de même un travail colossal aux éducateurs et un suivi par les cadres techniques régionaux. « Ici, nous sommes deux à être référents sur le projet mais tout le monde est investi. Chaque catégorie a son responsable Label chargé de veiller à la mise en place des différentes actions et à la bonne organisation. Au total, ce sont plus de 80 éducateurs, des U6 aux U18, qui œuvrent dans ce processus avec toujours la même volonté de progresser. » L’illustration parfaite que pour avancer, il faut d’abord savoir comment agir.

Dômes Sancy Foot, entre patience et grands projetsAuvergne-Rhône-Alpes / Puy-de-Dôme

Animé par une volonté sans faille de progresser, Dômes Sancy Foot est engagé depuis un an et demi dans une démarche de labellisation. « Avec tous les évènements récents dus à la crise sanitaire, tout cela prend plus de temps que prévu. Cependant, nous ne lâchons rien et faisons toujours partie des 5 clubs de la région à être en mesure d’obtenir cette distinction », introduit Thomas Soubre, le responsable technique des jeunes de l’écurie puydômoise.

Il est certain que le club de 250 licenciés met toutes les chances de son côté. « Le Label a une dimension éducative importante et c’est pour cette raison que nous avons décidé de mettre en place plusieurs actions en ce sens. Aussi, nous avons récemment été labellisé « Club Zéro déchet » et « Club lieu de vie ». » Comme ces noms l’indiquent, le but étant de réduire au maximum les déchets sur leurs installations mais aussi de créer un lieu de vie où tout le monde s’y sent bien et où les vraies valeurs du club sont mises en avant. « Ces actions sont des bonus qui entrent dans le processus de labellisation et qui montrent que nous sommes très investis. Nous avons déjà le projet d’en mener d’autres prochainement, notamment en prenant part à l’action « Fier d’être bleu » pour l’Euro 2021. »

De l’ambition et de la détermination, voilà ce qui semble animer le projet club de Dômes Sancy Foot. « La grosse augmentation du nombre d’éducateurs et l’embauche d’un salarié a été une petite révolution. Le club a un gros potentiel sans forcément avoir les moyens et l’exigence du Label nous permet de se rapprocher de l’efficacité d’un bon club. Voilà d’où est née notre réflexion » poursuit Thomas. « Une fois que nous aurons réussi sur les jeunes, nous entamerons une démarche pour les féminines où, encore une fois, le potentiel est intéressant. » Ajouté à cela des parents motivés et investis ainsi qu’un vivier de jeunes éducateurs issus du club désireux de transmettre à leurs cadets, il semblerait que le club auvergnat ait encore de beaux jours devant lui.

GF Miragrans, à la vitesse de l’éclair – Méditerranée / Provence

L’histoire commence il y a 7 ans. À l’époque et pour des raisons purement sportives, l’US Miramas et l’AS Gransoise se rapprochent pour créer une équipe de U18 féminines. « Le départ fut difficile mais nous ne nous sommes pas laissé abattre » se souvient Raoul Richa, le président de l’USM. Bien aidé par les résultat de l’équipe, le projet a pris alors une autre dimension et les mauvaises langues se sont tues. Saison après saison, la section féminine ne cesse de croître et les équipes de se créer.

« Aujourd’hui nous comptons 106 licenciés féminines sur le Groupement dont 35 rien qu’en école de foot, une structure que nous avons mise en commun seulement l’année dernière. Symbole aussi de notre développement, nous avions démarré par créer un entente mais, depuis 3 saisons, nous avons franchi un cap en créant un groupement qui nous a permis de tisser des liens plus importants entre les deux clubs et que certaines de nos équipes puissent évoluer au niveau régional. » En juin 2020, le Groupement Féminin Miragrans s’est vu remettre le Label École Féminine de Football pour la première fois de sa jeune existence. « Cette distinction est venue récompenser tout le travail effectué par les deux clubs durant toutes ces années. Je dirais que c’est une suite logique lorsque l’on voit l’évolution du nombre de licenciées et d’équipes alignées dans les différentes catégories. »

C’est donc un joli projet qui poursuit son développement notamment grâce à un investissement de tous les instants de l’équipe éducative et dirigeante. « Les deux clubs travaillent main dans la main et nous avons la chance de pouvoir nous appuyer sur un nombre important d’éducateur et de dirigeants. La structure est solide. » Jamais à court de nouveaux défis, le GF Miragrans envisage désormais la création d’une équipe U15 à 11 ainsi que l’accession de son équipe Séniors à 11 au niveau régional.

Rédaction par la revue Vestiaires

00:00 00:00